En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Philippe Murer et « l’Etat stratège » dans la transition énergétique

Par le |

Ce mercredi 3 mai, le Président Jean Bergougnoux accueillait M. Philippe Murer, en charge du programme économique et transition énergétique de Marine Le Pen et Président du Collectif Nouvelle Ecologie à l’Atelier-Débat d’EdEn. Durant l’heure et demie d’échanges, le représentant de Marine Le Pen a développé les ambitions de la candidate sur la politique énergétique et environnementale.

Atelier Philippe Murer

Jean-Pierre Hauet, Philippe Murer, Jean Bergougnoux et Gilles Rogers-Boutbien

Dans son propos introductif, Philippe Murer a rappelé la nécessité de la France de se passer des énergies fossiles afin d’opérer sa transition énergétique.
Pour se faire, le pays doit se tourner vers un mix énergétique décarbonée comprenant à la fois l’énergie nucléaire et les EnR. Le représentant de Marine Le Pen a précisé qu’il ne croyait pas au « tout électrique », son mix énergétique français comprend aussi l’hydrogène en raison de sa « facilité de stockage ».

Un « Etat stratège » pour guider la transition énergétique

Pour le programme de Marine Le Pen, la transition énergétique relève du niveau national et non international. En effet, selon Philippe Murer, le « cycle des COP » n’a pas eu d’impact mondial au niveau des émissions des gaz à effet de serre malgré une prise de conscience des individus.
Par conséquent, la France doit recouvrir sa souveraineté énergétique par rapport à l’Euro, à la fois d’un point de vue financier en revenant à une monnaie nationale et sur le plan réglementaire.
La France investira 1600 milliards d’euros sur 30 ans dans la transition énergétique afin de jouer son rôle « d’Etat stratège ». Ces sommes seront utilisées pour financer les grands plans étatiques et pour accompagner les entreprises qui travaillent dans l’innovation énergétique.

Des choix forts dans le bâtiment et la mobilité

Murer BergougnouxLe Front National entend aussi faire des choix forts dans les principaux secteurs consommateurs d’énergie que sont le bâtiment et la mobilité.
Sur la question du bâtiment, la candidate veut revoir la RT 2012 qui favorise de façon paradoxale le gaz au profit de l’électricité dans la construction neuve au moment même où l’on cherche à réduire les émissions de CO2. Par ailleurs, l’Etat favorisera la rénovation via des prêts à taux 0 % pour les travaux qui permettent une meilleure efficacité énergétique.

Quant à la mobilité, Philippe Murer veut faire cohabiter les solutions électriques et hydrogènes. L’Etat financera les entreprises innovantes dans ce secteur afin qu’elles puissent créer des effets de série1 qui inciteront les consommateurs à acheter des voitures propres.
1 production à grande échelle qui fait baisser les prix

Conclusion des échanges

Jean Bergougnoux avait la charge de conclure ce dernier Atelier-Débat de l’élection présidentielle de 2017. Dans son propos, il s’est félicité de la volonté de Marine Le Pen de revoir la RT 2012 afin de laisser une plus grande place à l’électricité dans la construction neuve par rapport au gaz.
Néanmoins, le Président d’EdEn s’est interrogé sur la faisabilité temporelle du projet de transition énergétique, particulièrement pour la mobilité hydrogène. En effet, le calendrier serait trop court par rapport aux réalités technologiques et au cycle de vie des biens (immobilier, voiture).

Lire aussi : Jean Bergougnoux nous éclaire sur les incohérences de la politique énergétique française à travers la RT 2012

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires