En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

L’édito du Président

Serge LEPELTIER

Equilibre des Energies que j’ai l’honneur de présider est pour moi au cœur des enjeux d’aujourd’hui. J’ai pu vérifier que la pédagogie de ses acteurs, dont celle de notre président d’honneur Jean Bergougnoux, avait motivé et inspiré de bonnes décisions des élus français et européens.

Elément de base de l’Economie, l’Energie est le fondement même de sa croissance tout en étant le véritable lien entre Economie et Ecologie. C’est sur l’Energie que tout repose si l’on veut d’une part, assurer et peut-être encore plus renforcer la croissance économique verte et, d’autre part, préserver l’environnement afin d’éviter les catastrophes « naturelles » dues au changement climatique.

Le sujet est donc : énergies fossiles ou énergies non fossiles, carbonées ou décarbonées, tout en étant conscient que les énergies fossiles vont continuer à être consommées tant que leurs prix seront concurrentiels.

C’est pourquoi l’évolution progressive du mix énergétique est un objectif majeur. Privilégier une énergie en la rendant exclusive est dans cette évolution un mauvais choix. Comment connaître les futures évolutions technologiques, les futures évolutions de prix souvent non maîtrisables, les futures découvertes… pour telle ou telle énergie. La notion d’équilibre des énergies correspond donc parfaitement à la règle à défendre tout en ayant comme but premier la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Trois grandes priorités m’apparaissent donc clairement :

  • Développer un mix énergétique en adaptant les règlementations, comme la RT2012, aux retours d’expérience sur le terrain depuis 4 ans.

    Il est ainsi primordial de retrouver un équilibre des énergies dans le bâtiment en faisant évoluer et autant que possible simplifier les règlementations. Les maîtres d’ouvrage, les maîtres d’œuvre et les installateurs doivent pouvoir préconiser des solutions énergétiques rationnelles adaptées au contexte géographique (climat, présence d’EnR, etc.). Je souhaite rendre la liberté de choisir son énergie et, notamment, de construire avec un chauffage électrique intelligent dans toutes les régions françaises. La mise en œuvre des nouvelles technologies de radiateurs électriques combinées avec un bâti performant permettent de réaliser des économies d’énergies, de CO2 et de réduire les coûts d’usage pour le consommateur. Le secteur s’inscrit ainsi dans l’avenir en préparant l’essor des énergies renouvelables.

  • Favoriser l’innovation pour réussir l’avenir.

    Les réglementations actuelles doivent anticiper, notamment dans le neuf avec des bâtiments construits pour au moins cinquante ans, les évolutions en cours et les innovations à venir. Il est important de prendre en compte, dès aujourd’hui, pour l’électricité un coefficient de conversion d’énergie primaire en énergie finale d’environ 2, (et non 2,58 comme actuellement). Cela permettrait d’anticiper l’évolution du mix-énergétique et le développement des énergies renouvelables. La rénovation est devenue le grand enjeu des prochaines années et les logements équipés de chaudière centrale devront opter pour la bi-énergie : bois-électricité, gaz-électricité qui réduit les consommations et protège les occupants des hausses de prix d’une énergie particulière. Le président Jean-Claude Juncker a annoncé des investissements de plus de 300 milliards pour financer, entre autres, une sécurité des approvisionnements et des transports de l’énergie au sein de l’Europe ainsi que des innovations comme celle du stockage de l’électricité par l’hydrogène.

  • Développer des synergies et des projets de coopération au niveau local comme au niveau européen.

    Avec Jean Bergougnoux, président du Comité Scientifique Economique, Environnemental et Social, je souhaite ouvrir des groupes de travail dès 2015 sur les enjeux des Eco quartiers, la gestion des transports qui devra de plus en plus se faire en coordination avec le bâtiment. Afin qu’EdEn soit toujours une force de propositions concrètes et puisse accompagner les collectivités dans leur transition. C’est pourquoi j’envisage d’élargir l’association aux transports, secteur important dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Enfin je m’attacherai à développer les échanges avec les décideurs au niveau européen afin de favoriser la mise en œuvre de coopération et une harmonisation européenne des méthodes de diminution des émissions de gaz à effet de serre.

 
Formidable travail pour, grâce à une politique énergétique innovante, voir se rapprocher Ecologie et Economie au service de l’ensemble de la population.

Serge Lepeltier,
Président d’EdEn, Ancien Ministre.

Publié le 20/06/2011 | Mis à jour le 21/09/2016