En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

La présidence française du Conseil de l’UE : une occasion de prendre le cap de la décarbonation

Drapeaux France Europe
Par le

Gilles Rogers-Boutbien, secrétaire général d’Equilibre des Energies revient sur les enjeux de la présidence française du Conseil de l’UE pour atteindre les objectifs de la décarbonation face à l’urgence climatique.

Une présidence qui s’annonce animée

Durant les six mois que dure le mandat européen de la France, nous devons jouer un rôle stratégique d’accélérateur et faire briller l’excellence et le savoir-faire français en Europe. Le trio France, Suède et République tchèque a la responsabilité de mettre en œuvre les plans de relance nationaux et d’accompagner les États membres dans leurs transitions énergétiques et climatiques. 

La France aux manettes du paquet Fit for 55

Le programme de la PFUE témoigne d’un réel intérêt pour les questions énergétiques. Les dossiers du paquet énergie-climat européen Fit for 55 sont en effet au cœur de ce programme, en particulier la mise en place d’une taxe carbone aux frontières – diplomatiquement appelée « mécanisme d’ajustement carbone aux frontières » – qui permettra à l’Union de lutter contre les fuites de carbone associées à la mise en place dans l’UE de normes environnementales significativement plus strictes que dans d’autres régions du monde. Il est essentiel cependant que l’ambition française en matière climatique ne se concentre pas exclusivement sur ce projet. En effet, s’il semble prometteur, le MACF risque dans les faits de ne pas apporter des bénéfices environnementaux et économiques suffisants, du fait de l’étroitesse de l’assiette auquel il s’appliquera et du prix encore trop faible des quotas carbone sur lesquels sera fondée la taxe. En outre, une priorisation excessive du dossier MACF risquerait d’éclipser d’autres aspects cruciaux du paquet Fit for 55 comme la révision de la directive sur le déploiement des énergies renouvelables , la révision de la directive sur l’efficacité énergétique ou celle de la directive sur la performance énergétiques des bâtiments – qui sont d’ailleurs bien peu évoquées lors des discours officiels.

Concilier les enjeux de transition énergétique et de croissance économique

Équilibre des Énergies soutient que croissance économique et transition écologique doivent aller de pair car la décarbonation nécessitera une activité économique et une consommation énergétique accrues. Dans cette perspective, nous recommandons de ne pas adopter une approche punitive de la consommation énergétique, comme c’est le cas du projet de texte EED proposé par la Commission, mais plutôt d’encourager une dynamique de fuel switching c’est-à-dire de migration vers des vecteurs énergétiques décarbonés. La politique de « sobriété », telle qu’elle est prônée par  la Commission prévoit de diminuer drastiquement les consommations énergétiques des bâtiments et de faire des renouvelables locales la seule forme d’énergie autorisée à terme pour leur alimentation. Le secteur du bâtiment est une source majeure de CO2 , c’est pourquoi l’objectif de l’UE doit être d’aboutir à sa décarbonation d’ici 2050 via une politique ambitieuse d’électrification : espérons que le président de la République portera cette ambition à Bruxelles comme il la porte à Paris. S’agissant du secteur des transports, Équilibre des Énergies salue le travail effectué par la présidence slovène qui a permis de progresser sur les textes relatifs à l’infrastructure pour carburants alternatifs et au déploiement des carburants durables dans le secteur aérien.

Réconcilier les Français avec l’Union européenne

A ces enjeux législatifs, vient s’en ajouter un plus fondamental encore : rétablir la confiance et le dialogue entre les citoyens français et l’Union européenne. Malgré un euroscepticisme endémique, l’engagement européen permet aux Français de voyager, de travailler et d’étudier dans les frontières de l’Union mais sa raison d’être est bien plus profonde. Dans un monde en proie à des enjeux géopolitiques et climatiques aussi graves que ceux que nous connaissons, c’est l’union et l’effort collectif qui permettront à l’Europe de ne pas chavirer. La PFUE doit réconcilier les Français avec l’UE pour que notre pays retrouve la fierté d’appartenir à l’Union européenne et le rôle moteur que nous avons historiquement occupé en son sein.

Retrouver la tribune complète dans l’EdenMag n°15

Gilles Rogers-Boutbien
Gilles Rogers-Boutbien
secrétaire général d’Équilibre des Énergies
PARTAGER CET ARTICLE