En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Une mobilité durable pour tous, aujourd’hui et demain

Par le

Le véhicule électrique offre un large éventail de possibilités en ce qui concerne l’intégration des énergies renouvelables au réseau et la réduction des émissions globales de CO2. C’est ce que le Groupe Renault a démontré sur la première « île intelligente » d’Europe, à Porto Santo.

Porto Santo : la première « île intelligente » d’Europe

Porto Santo est une petite île portugaise de 42 km² située au nord-est de l’île de Madère. Le réseau électrique de Porto Santo est isolé, sans connexion avec l’île principale. La demande d’électricité y est principalement couverte par des générateurs diesel qui représentent environ 85 % de la production. Les 15 % restants sont produits par un parc solaire et diverses petites centrales photovoltaïques ainsi qu’une éolienne. Le potentiel d’expansion de la production d’énergie renouvelable, en particulier du photovoltaïque, dépasse de loin la demande énergétique de l’île.

Depuis 2018, grâce au programme appelé Smart Fossil Free Island, Porto Santo est devenue la première « île intelligente » (Smart Island) d’Europe basée sur un écosystème électrique innovant sous l’initiative du gouvernement régional de Madère. Pour la mise en oeuvre du projet, Empresa de Electricidade da Madeira (EEM) le producteur, transporteur et distributeur d’énergie sur les îles portugaises de Madère et Porto Santo a fait appel au Groupe Renault.

L’objectif du programme est de renforcer l’indépendance énergétique de l’île et sa production d’énergies renouvelables à travers l’utilisation de technologies intelligentes et durables. Pendant 18 mois, les résidents de Porto Santo ont ainsi testé en conditions réelles les solutions technologiques nécessaires à la création de cet écosystème intelligent. Via cette démarche, la collectivité vise à développer son indépendance énergétique, réduire des émissions de gaz polluants et développer les énergies renouvelables sur l’île, dans le but de favoriser sa transition énergétique.

Lire aussi : « C’est aux territoires d’inventer leur avenir écologique » – Anthony Cellier, Député du Gard

Un laboratoire grandeur nature

Au coeur du programme Smart Fossil Free Island : des véhicules électriques, du stockage stationnaire d’énergie via des batteries de véhicules électriques en seconde vie ainsi que du smart charging. Dans un deuxième temps, le programme a également intégré deux Renault ZOE équipées de la technologie V2G (Vehicle to Grid) qui permet de réalimenter
le réseau en électricité en cas de besoin ponctuel.

20 véhicules électriques et plus de 300 000 km parcourus

Lors de la première phase du programme, quatorze ZOE et six Kangoo Z.E. ont circulé sur l’île et ont été utilisés quotidiennement par les résidents volontaires de Porto Santo. Sur ces 20 véhicules, trois Kangoo Z.E. étaient utilisés comme taxis, trois Kangoo Z.E. servaient de navette pour les complexes hôteliers. Les quatorze ZOE, quant à elles, étaient utilisées par des résidents volontaires, la police locale, des administrations et l’équipe d’EEM par roulement et période de deux mois. Dix-huit mois après le lancement du projet, plus de 250 utilisateurs ont ainsi découvert la mobilité électrique et ont parcouru 308 309 km sur l’île. Ils se sont rechargés intelligemment (smart charging) grâce aux 40 stations de recharge connectées, privées ou publiques, installées par EEM et le Groupe Renault sur l’île.

La logique de recharge intelligente des véhicules de Porto Santo est centrée sur le besoin de mobilité des conducteurs de véhicules électriques. Chaque utilisateur a la possibilité grâce à une application de planifier une heure de départ et l’autonomie souhaitée ou de s’appuyer sur un calendrier proposé par défaut dans l’application. La recharge est décalée et réalisée pour privilégier et maximiser l’utilisation des énergies renouvelables disponibles tout en garantissant une autonomie suffisante pour les besoins de mobilité pour les conducteurs.

Deux sites de stockage stationnaires avec des batteries de seconde vie

Le Groupe Renault a également installé sur l’île deux sites de stockage d’énergie stationnaires (132 kWh) utilisant des batteries de seconde vie provenant de véhicules électriques Renault. L’objectif de ce dispositif est de réguler la tension afin d’aider à stabiliser le réseau et stocker l’énergie intermittente produite par les centrales solaires et éoliennes de Porto Santo. Stockée dès qu’elle est produite, cette énergie est injectée par la suite dans le réseau pour soutenir les besoins locaux. Certaines de ces batteries proviennent de l’île de Madère. Le Groupe Renault démontre ainsi qu’il est capable de réutiliser ses batteries de seconde vie dans un écosystème local.

Deux véhicules avec recharge bidirectionnelle

Enfin, depuis mars 2019, deux Renault ZOE sont allées encore plus loin dans leur interaction avec le réseau et sont capables de libérer de l’électricité pendant les périodes de pointe de consommation.

Ces deux véhicules font partie de la première expérience à grande échelle sur la recharge bidirectionnelle en courant alternatif (AC) lancée par le Groupe Renault en Europe. La technologie, basée sur un chargeur réversible intégré dans le véhicule et non dans la borne, permet de réduire considérablement le coût des stations de recharge associées. L’objectif de la flotte de test, qui est composée d’une quinzaine de véhicules, est de mesurer les avantages techniques et économiques de cette solution embarquée et de démontrer la valeur des services fournis au réseau électrique local, tels que la promotion de la consommation solaire et éolienne, le contrôle de fréquence ou de tension du réseau, ainsi que la réduction des coûts d’infrastructure. À long terme, avec l’arrivée de normes qui seront partagées par tous, le Groupe Renault proposera ces solutions dans ses véhicules électriques.

Premiers enseignements très prometteurs

16 % d’EnR en plus lors de la recharge des véhicules

Les premiers résultats confirment que l’intégration de la mobilité électrique a contribué à maximiser l’intégration des énergies renouvelables sur l’île. Sur une période de six mois, la part des énergies renouvelables lors de la charge des véhicules a augmenté de 16,4 %. De plus, on remarque l’intérêt pour la mobilité électrique que le projet a suscité auprès des habitants, puisque 40 d’entre eux ont acheté un véhicule électrique à l’issue de la première phase du programme.

Bientôt 10 % de véhicules électriques en circulation sur l’île

Le projet se poursuit sur l’île de Porto Santo. Pour bénéficier pleinement de ses avantages, l’apprentissage et l’accompagnement des habitants sont nécessaires afin d’adopter ces nouvelles habitudes. Grâce à des incitations et aux solutions mises en place telles que la charge intelligente, le parc de véhicules électriques va continuer à se développer tout en favorisant l’intégration des énergies renouvelables. Il passerait de 20 à 100 d’ici 2021, soit 10 % des 1 000 véhicules circulant dans l’île.

Lire aussi : 21 mesures pour atteindre 5,2 millions de véhicules électriques en 2030

Avec Porto Santo, le Groupe Renault et ses partenaires publics et privés démontrent en grandeur nature qu’une approche co-construite avec des objectifs partagés permet d’augmenter l’utilisation des énergies renouvelables. Avec ce programme, reproductible dans d’autres îles, éco-quartiers ou villes, on voit que la mobilité électrique et durable contribue à la transition énergétique, pour le bien de tous.

Cécile Goury
Cécile Goury
Program Manager New Business Energy (Groupe Renault)
PARTAGER CET ARTICLE