En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

De Paris à la France, la stratégie de Anne Hidalgo pour l’environnement est-elle prête à changer d’échelle ?

Par le

Depuis son élection à la mairie de Paris en 2014, Anne Hidalgo a fait de l’action environnementale une des priorités de son mandat. Aujourd’hui candidate du PS à l’élection présidentielle, elle continue à porter un message fort sur la nécessité d’agir face à l’urgence climatique. Pour le deuxième Atelier-Débat de son cycle sur l’élection présidentielle, Equilibre des Energies a reçu le 9 février le député Gérard Leseul, référent Climat et Biodiversité de l’équipe de campagne d’Anne Hidalgo pour nous présenter la vision et les solutions portées par le Parti socialiste et sa candidate afin de poursuivre et accélérer la transition énergétique de la France.

Un bilan du quinquennat en demi-teinte

Gérard Leseul dresse tout d’abord le bilan des différentes mesures prises par le gouvernement depuis 2017 et pointe un décalage entre les mesures prises et les ambitions affichées. Sur les transports, il considère ainsi que les lois Orientation des mobilités et Climat-Résilience ont permis des avancées notables sans pour autant parvenir à mettre ce secteur, premier émetteur de gaz à effet de serre, sur la bonne trajectoire.

Il fait le même constat pour le secteur de l’industrie pour lequel il pointe du doigt une stagnation des émissions depuis 2015 et une chute de la balance commerciale française tout en saluant les efforts en matière de relocalisation et les feuilles de route fixées.

Concernant le bâtiment, il regrette le fait que la promesse d’éradiquer les passoires énergétiques ne soit pas tenue puisqu’elles représentent encore 4,8 millions de logements.

Sur le mix énergétique il pointe de nouveau du doigt des objectifs non tenus, à la fois sur la diminution de la consommation et sur la baisse de la part du nucléaire.

Dynamique industrielle et indépendance énergétique

Pour notre invité, il y a tout à faire pour retrouver une dynamique industrielle en France et cela passera par une consommation plus importante d’énergie électrique qui doit être décarbonée. Sur la question du nucléaire, le Parti socialiste compte se baser sur l’avis de l’Agence Nationale de Sureté Nucléaire concernant le maintien ou la fermeture de centrales.

L’objectif du Parti socialiste est de pouvoir développer massivement les renouvelables notamment via une installation systématique de photovoltaïque sur les bâtiments et un soutien à l’autoconsommation. Gérard Leseul met en avant le rôle de la puissance publique qui devra impulser la dynamique et investir de façon importante pour parvenir à ces objectifs. Ces investissements, autant publics que privés par les entreprises et les particuliers, doivent permettre de retrouver une production française dynamique. Gérard Leseul considère toutefois qu’il est primordial de passer également par une concertation européenne à ce sujet rappelant que la France a du retard sur l’Allemagne.

PARTAGER CET ARTICLE