En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Nidhoo, une entreprise du bâtiment s’investit dans les réseaux sociaux

réseaux sociaux artisans
Par le |

L’exemple est encore trop rare pour que nous le passions sous silence. Trouver un plombier, un  couvreur, un électricien en urgence est devenu un challenge digne d’un bon détective. C’est pourquoi l’entreprise du bâtiment UTB  élargit sa culture aux services numériques pour les particuliers. La marque Nidhoo apparait ainsi depuis l’automne 2011 sur les plateformes sociales afin de partager ses connaissances, son expérience avec le public.

L’entreprise certifiée Qualibat UTB est une scop (coopérative de production où tous les salariés sont actionnaires) qui ouvre son commerce en ligne sur le site nidhoo.fr . Il faut savoir que cette entreprise de bâtiment presque centenaire et implantée dans la banlieue parisienne, réalise €121 millions de chiffre d’affaires avec 840 collaborateurs. Elle est bien entendue spécialisée dans la réduction des consommations d’énergie, dans le respect des nouvelles réglementations thermiques pour la construction neuve et la rénovation en région parisienne.

Une double révolution pour cette Scop qui réalisait jusqu’en 2011 moins de 0,5% de son activité avec des particuliers, selon le magazine l’Entreprise.  En pratique, les particuliers peuvent aujourd’hui via le site commander en ligne leur plombier, demander un bilan de consommation d’énergie, trouver un interlocuteur spécialiste de chaque métier du bâtiment (plomberie, chauffage, climatisation, couverture, étanchéité etc). Sur les deux maillons faibles dans ce secteur, Nidhoo s’engage sur les délais et peut être moins sur les prix. Un service d’astreinte la nuit -qui fonctionne déjà pour les professionnels- permet de répondre aux urgences.

Enfin, pour conquérir de l’audience et surtout des fans sur Facebook, Nidhoo lance depuis le 23 janvier un jeu concours ouvert à tous sur Facebook jusqu’au 13 février prochain. Vous dessinez la maison éco-responsable de vos rêves, vous la scannez pour en faire une image, et vous la postez dans l’onglet « jeu concours » de la page Facebook. Les deux gagnants, ayant reçu le plus de « j’aime » sous leur dessin, se verront offrir un séjour d’une nuit pour deux personnes en cabane suspendue dans un arbre, parmi les destinations proposées par « La cabane en l’air« . Ce prix a une valeur qui ne devra pas excédé 300 euros. Donc, vous payerez le transport et les faux frais…

Il faut saluer l’intention, mais j’aurais offert à la place de Nidhoo, un audit  » isolation thermique » pour gagnez du temps et de l’argent… Enfin,si votre dessin ne gagne pas le suffrage universel sur Facebook, vous pourrez vous consoler durant la nuit de la St Valentin, suspendu dans la cabane en l’air de la foret en Vienne, avec un dîner et petit déjeuner pour €179!

Vous connaissiez UTB avant ce jour?

 

PARTAGER CET ARTICLE

2 commentaires

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

 

  1. Bertrand dit :

    Bonjour, j’espere que votre témoignage va responsabiliser Nidhoo afin d’éviter ce genre de situation qui arrive encore trop souvent! Merci

  2. emeline dit :

    Bonjour,

    Je suis passée par Nidhoo UTB pour rénover un appartement de 47m2 (électricité, plomberie, mur, ponçage et vitrification du parquet, pose de carrelage et faïence murale, aménagement d’un placard sur mesure) et j’ai été extrêmement déçue de leur prestation à tous niveaux : tant la relation commerciale, que le suivi du chantier (que j’ai fait moi-même au final puisque la chargée d’affaire n’était visiblement pas tellement au courant de ce qui se passait), en passant par les finitions qui ont été baclées (il y a des traces sur tous les murs et les plafonds, alors que dans le devis il est indiqué 3 semaines et demi de temps d’exécution avec 2 peintres).

    Il y a eu énormément d’erreurs par exemple :
    – la prise du lave-linge a été installée au bon endroit alors que l’arrivée et l’évacuation ont été placées à l’autre bout de la pièce, là où il est prévu de mettre l’évier (un lave-linge sous un évier cela ne rentre pas, même en forçant…)
    – des compteurs d’eau bloqués ce qui rend les relevés impossibles à faire
    – les vannes d’arrêt sous le lavabo de la salle de bain ont été oubliées
    – des plinthes électriques ont été enlevées par le menuisier et on voit par conséquent les fils électriques sont apparents dans le placard ce qui n’est pas du tout esthétique.

    La liste est longue, mais ce sont les exemples les plus flagrants.

    Les travaux ont commencé le 29 septembre 2014, et au 5 janvier 2015, la levée de réserve n’a pas toujours eu lieu. Il était prévu que les travaux durent 1 mois et soient terminés en date du 31 octobre, soit plus de 2 mois de retard à date.