En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

RE 2020 : Equilibre des Energies salue la trajectoire de réduction des émissions de CO2 dans les bâtiments neufs et appelle les pouvoirs publics à l’étendre aux bâtiments existants

Par le

RE 2020 : Le gouvernement annonce que les bâtiments neufs seront soumis à un seuil maximal d’émissions de CO2 pendant leur vie.  L’association Equilibre des Energies salue cette décision des pouvoirs publics qui marque une avancée importante pour la décarbonation des bâtiments.

Equilibre des Energies appelle à poursuivre cette dynamique vertueuse pour la décarbonation du parc immobilier en instaurant un seuil dégressif et en conditionnant le versement des aides à la rénovation aux économies de carbone réalisées.

Construction : pour une trajectoire carbone durant la vie des bâtiments

La France est engagée dans une trajectoire de décarbonation globale qui doit nous mener à la neutralité climatique d’ici à 2050. Un objectif exemplaire aussi ambitieux nécessite des moyens à la hauteur : Equilibre des Energies salue à ce titre le choix des pouvoirs publics de fixer un seuil maximal d’émissions de CO2 que les bâtiments neufs ne devront pas dépasser pendant leur vie.

Cette décision constitue une avancée importante dans la décarbonation des bâtiments neufs et ouvre à la voie à l’adoption d’une trajectoire carbone.

C’est le sens de la proposition d’Equilibre des Energies : plutôt que de figer un seuil d’émissions de CO2 pour les dix prochaines années, il apparaît préférable à Equilibre des Energies de mettre en place dès le 1er janvier 2021 une stratégie de progrès avec des plafonds d’émissions dégressifs, tel qu’il en existe déjà dans le règlement européen relatif aux émissions des véhicules neufs. Dans l’état actuel des techniques, une telle trajectoire devrait a minima réduire par quatre d’ici dix ans les émissions de CO2 en exploitation des bâtiments neufs.

Limiter les émissions de CO2, une idée à reproduire dans l’existant

Il ne faut pas oublier que les logements existants aujourd’hui représenteront 70 % du parc de logements en 2050, c’est pour cela qu’Equilibre des Energies appelle « à lier l’octroi de toutes les aides publiques à la rénovation à une amélioration de la performance climatique ».

Aujourd’hui, des solutions de chauffage propres, efficaces et pilotables sont disponibles sur le marché comme les pompes à chaleur, les radiateurs intelligents et les solutions associant les énergies renouvelables. Pour atteindre la neutralité carbone, le gouvernement doit encourager les ménages qui se chauffent encore aux énergies fossiles – ils sont encore  plusieurs millions en France – à migrer vers des solutions décarbonées. Dans cette perspective, selon Equilibre des Energies, conditionner le versement d’aides à la rénovation à la réduction de l’énergie consommée et des émissions de CO2 apparaît comme le meilleur moyen d’aiguiller les Français vers des solutions utilisant efficacement l’énergie, propres pour la planète, économes pour le consommateur et vertueuses pour les réseaux.

Brice Lalonde, Président d’Equilibre des Energies : « La RT2012 nous a fait perdre dix ans dans la décarbonation du secteur des bâtiments. Il faut regagner le temps perdu : si nous manquons le coche de cette RE 2020, nous perdons notre dernière chance de remplir nos engagements pour 2030».

Lire aussi : RE 2020 – Réaction d’Equilibre des Energies aux premiers arbitrages

PARTAGER CET ARTICLE