En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Une rénovation des installations électriques existantes pour une facture énergétique réduite

rénovation système élecrtique
Par le |

À l’heure où la maitrise de l’énergie est au cœur des débats environnementaux, il devient indispensable de trouver des solutions permettant de réaliser des rénovations économiques, tout en permettant aux consommateurs de réduire leur consommation énergétique. Rénover un logement possédant une installation électrique peut s’avérer être une source d’économie non négligeable, que ce soit pour les propriétaires privés ou pour l’Union sociale pour l’habitat.

Les solutions émergeantes comme les « smart grids » permettent aujourd’hui de réduire considérablement les factures électriques, tout en allant dans le sens de la transition énergétique.

Logements sociaux : ERDF et l’Union sociale pour l’habitat signent un partenariat

Afin de relever ensemble le défi mis en place par les nouvelles réglementations des secteurs de l’énergie et de l’urbanisme, ERDEF et l’Union sociale pour l’habitat ont signé, le 4 octobre dernier, une convention de partenariat ayant pour objectif de renforcer leur collaboration dans l’accompagnement énergétique des logements sociaux.

Michèle Bellon, Présidente du Directoire d’ERDF et Thierry Bert, Délégué général de l’Union sociale pour l’habitat, ont ainsi défini un cadre de coopération en s’engageant dans 5 domaines : le raccordement des bâtiments neufs, les colonnes montantes électriques, la performance énergétique et les données de consommation, le comptage ainsi que la prospection et la communication.

La procédure pour le raccordement des bâtiments neufs sera ainsi simplifiée, et son délai sera diminué. Pour ce faire, une nouvelle offre de raccordement optimisée ainsi qu’un nouveau service expérimental « Accompagnement multi-raccordement » seront mis en place, et un portail internet « ERDF Connect » sera mis à disposition, tout cela dans le but de faciliter les différentes démarches des organismes HLM auprès d’ERDF.

ERDF et l’Union sociale pour l’habitat se sont également engagés à actualiser et à sécuriser les colonnes montantes lorsque ces dernières sont anciennes, évitant ainsi les coûts et les difficultés qu’elles pourraient générer pour les organismes HLM.

Afin d’avoir une visibilité sur les données de consommation de leurs bâtiments, de pouvoir repérer les plus énergivores mais également de constater les progrès réalisés suite aux différentes rénovations, les organismes HLM ont souhaité recevoir, de la part d’ERDF, les consommations agrégées des logements. L’Union sociale pour l’habitat et ERDF mettront ainsi en place des conditions – dans le respect des limites imposées par la CNIL – de la mise à disposition de ces données de consommations.

De nouveaux compteurs communicants possédant de nombreux avantages devraient également remplacer les compteurs actuellement en place, facilitant ainsi les interventions à distance et la facturation de l’électricité à partir de consommations réelles.

Enfin, ERDF et l’Union sociale pour l’habitat réfléchiront sur la place que devra avoir l’électricité dans les logements sociaux de demain, ainsi que sur les projets de productions décentralisées d’électricité (favorisant l’autoconsommation), le stockage de l’électricité et la possibilité de revendre le surplus, mais également sur les enjeux des « smart grids ».

La mise en place de cette convention sera suivie et examinée par un comité dédié, ERDF-Union sociale pour l’habitat.

Copropriétés : une rénovation électrique au ralenti

L’OREC, Observatoire prospectif de la Rénovation Énergétique des logements en Copropriété, a publié un rapport annonçant que l’énergie gagnée entre 2010 et 2020 ne serait que de 15%, soit 23% de moins que les objectifs fixés par le Plan Bâtiment pour le parc immobilier français.

L’OREC insiste ainsi sur la nécessité d’être particulièrement attentif à ces 8 millions de logements (environ). Afin de tenir les objectifs du Grenelle de l’Environnement, le rapport soulève plusieurs problèmes sur lesquels se concentrer.

Pour commencer, il semblerait que le processus de décision collectif soit bien plus compliqué dans le parc privé que dans le parc social ou encore l’habitat individuel. Un manque d’entrain chez les propriétaires, mais également chez les bailleurs, réticents à la réalisation de travaux d’amélioration dans un logement dont ils ne payent ni les charges locatives, ni les désagréments dus au manque de confort. Malgré tout, les propriétaires occupants restent tout de même plus nombreux à avoir une démarche de rénovation, que ce soit pour l’isolation de toiture ou le changement de leur système de chauffage.

Ce manque de motivation serait en partie lié au manque de communication des syndics, pourtant supposés connaître et informer les propriétaires sur les aides publiques et les solutions énergétiques.

Le prix des travaux reste également un frein important pour les propriétaires bailleurs (72%) et pour les occupants (54%). Un coût d’autant plus important que d’autres travaux sont souvent nécessaires au sein de la copropriété.

L’OREC conseille ainsi la poursuite et l’encouragement des CPE (Contrats de performance énergétique) ainsi que l’intégration de rénovation énergétique dans d’autres interventions, alliant ainsi performance et confort. Vous avez d’autres idées?

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires