En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Et si l’informatique produisait de l’énergie : Microsoft et le chauffage urbain.

chaleur informatique
Par le |

Les entreprises cherchent le développement durable et s’interrogent sur la traçabilité carbone d’un simple e-mail. Coïncidence ou pas, les échanges de courriers électroniques diminuent avec la montée en charge des discussions sur les réseaux sociaux. Une nouvelle voie d’innovation apparait avec le laboratoire de Microsoft qui étudie l’exploitation des installations informatiques comme solutions de chauffage.

Ainsi, Microsoft Research calcule une économie de l’ordre de $300 par unité et par an en achetant un mini data center constitué de 40 à 400 unités centrales de traitement installées en lieu et place d’un autre type de chauffage plus classique (chaudière à gaz, pompe aérothermique…) ». On recyclerait de vieux serveurs qui peuvent être alimentés par toutes les sources électriques.

Cette idée pourrait en effet faire son chemin pour le particulier à la suite des entreprises qui ont commencé à exploiter cette source d’énergie après les deux chocs pétroliers des années 70. « La récupération de la chaleur produite par le datacenter revient au goût du jour » déclare Thierry Levy-Abégnoli dans un article concernant le « Green It » sur ZDNet.fr.

De même, dans un autre article publié sur indexel.net: « Vers le datacenter producteur d’énergie » on observe comment certaines grandes entreprises récupèrent la chaleur produite par leur datacenter . Pour Bouygues Telecom : «L’investissement est doublé mais la consommation du système de refroidissement est réduite de 30 %, soit un « Power Usage Effectiveness » (PUE) de 1,7 au lieu de 2, et un Retour sur Investissement de trois ans », explique Gérard Lapiche, responsable immobilier travaux neufs chez Bouygues Telecom.

Un autre exemple est livré par OVH, l’un des plus grands hébergeurs de sites internet en France. OVH explique le cycle vertueux de l’air réchauffé par les serveurs qui peut chauffer une salle de sport. L’entreprise a mis en place un circuit d’eau fermé . L’eau se refroidit durant son voyage à l’extérieur du datacenter, en chauffant bureaux et bâtiments voisins. En retournant dans le datacenter, l’eau est à nouveau à bonne température pour refroidir les serveurs et récupérer leur chaleur ».

Tous ces exemples fondés sur des expériences éprouvées montrent le territoire immense du développement durable, dont nous n’avons pas découvert la moitié des applications possibles.  Il semble certain que les producteurs d’énergie de demain seront beaucoup plus diversifiés que nos grand spécialistes d’aujourd’hui. C’est pourquoi nous pensons qu’il est préférable de laisser de la souplesse dans les réglementations thermiques qui devraient aussi évoluer avec les observations concrètes sur le terrain. Il revient de toute manière au consommateur de réaliser librement le choix de son mix énergétique durable, séduit par une technologie et contraint par son budget.

Avez-vous un mix préféré?

PARTAGER CET ARTICLE

2 commentaires

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

 

  1. Bertrand dit :

    Bonjour Xavier, Récupérer de la chaleur perdue est une action louable comme le recyclage des déchets. A ce jour, la majorité de cette chaleur est bien perdue par les millions de personnes qui ne veulent pas abandonner leur système informatique. D’autre part, la recherche scientifique s’intéresse à recycler nos déchets pour produire de l’énergie. Nos déchets ayant consommé de l’énergie pour être conçus. Nous voulons juste montrer des pistes qui ne sont surement pas efficaces à ce jour mais qui peuvent valoir la peine d’être creusée car elles sensibilisent les consommateurs à la réduction de leur consommation d’énergie. La chaleur récupérée permet d’économiser une énergie primaire non consommée… Notre titre est posée comme une question et non une affirmation. Alors, aucune volonté de mentir mais plutôt d’ouvrir des débats auxquels, je vous remercie de participer…

  2. Xavier dit :

    Quel titre mensonger !!
    transférer une partie de son gaspillage d’énergie devient sous votre plume « produire de l’énergie » !!
    Non, ces data center ne « produisent » pas d’énergie. la chaleur perdue par le très mauvais rendement des ordinateurs est en partie récupérée, c’est très différent ! pour les utilisateurs de cette chaleur, le système de chauffage est alors un chauffage électrique à rendement particulièrement mauvais…
    Que voila du greenwashing odieux !