En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Bilan de l’arrêté relatif aux éclairages nocturnes des bâtiments non résidentiels

Par le |

Depuis le 1er juillet 2013, les bureaux, vitrines, façades et bâtiments doivent être éteints la nuit. Cette mesure doit permettre d’économiser l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de 750.000 ménages, d’éviter l’émission de 250.000 tonnes de CO2 et de réaliser une économie de 200 millions d’euros.

L’ancien Ministre de l’environnement avait appelé à une nouvelle mobilisation des maires et de l’ensemble des services de l’État afin qu’ils continuent à se montrer exemplaires quant aux bâtiments placés sous leur responsabilité et qu’ils veillent au bon respect de ces dispositions par les autres acteurs.

L’excès d’éclairage artificiel représente un gaspillage énergétique considérable, car les grandes économies sont à réalisées dans les bâtiments. Il se trouve que plus de 80 % des Français sont favorables à une extinction la nuit des bureaux inoccupés, des enseignes et publicités lumineuses et des vitrines des commerces.

L’arrêté fixe une règle générale d’extinction, avant 1h du matin…

Cette règle se décline de différentes manières selon le type d’éclairage concerné :

► les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel doivent être éteints une heure après la fin d’occupation desdits locaux ; Comment le sait-on et pourquoi attendre une heure?

► les éclairages des façades des bâtiments sont éteints au plus tard à 1 heure ; pourquoi ne pas offrir des bonus à ceux qui éteignent bien avant 1 heure?

► les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition sont éteints au plus tard à 1h ou une heure après la fin d’occupation desdits locaux si celle-ci intervient plus tardivement.

Bien évidemment, les règles qui encadrent l’horaire d’allumage des éclairages sont également précisées :

► Les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition peuvent être allumés à partir de 7 heures ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt ;

► les éclairages des façades des bâtiments ne peuvent être allumés avant le coucher du soleil.

En ce qui concerne les façades et les vitrines, le texte prévoit que les préfets peuvent déroger aux dispositions citées, en particulier, la veille des jours fériés chômés, durant les illuminations de Noël, lors d’événements exceptionnels à caractère local définis par arrêté préfectoral et dans les zones touristiques d’affluence exceptionnelle ou d’animation culturelle permanente. Je vous laisse observer les choix d’éclairage des monuments de la ville de Paris dans ce tableau.

1404EclairageParis

Le rapport n’évoque pas les panneaux publicitaires du réseau RATP ou Decaux, par exemple, qui sont des nouveaux modes de consommation dont l’impact sur l’environnement n’est pas répercuté sur l’annonceur!

Il est en revanche permis de conclure qu’à défaut de pouvoir justifier d’une dérogation préfectorale, les gestionnaires de monuments dont la façade demeure éclairée après une heure du matin ne respectent pas les dispositions de l’arrêté du 25 janvier 2013. Pour en savoir plus, lisez le rapport de l’Ademe ici.

Si vous avez accès au classement des villes les plus sensibles à cette mesure, dites-le moi, je le partagerai avec le plus grand nombre!

 

 

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires