En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Philippe Pelletier : « Eradiquer, d’ici dix ans, 1,5 millions de passoires thermiques »

Par le

3 questions à… Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Durable

Vous avez été reconduit fin décembre à la présidence du Plan Bâtiment Durable, pleinement mobilisé autour du nouveau plan de rénovation énergétique des bâtiments. La lutte contre la précarité énergétique – via l’éradication des passoires énergétiques- et la rénovation énergétique des bâtiments publics – notamment à usage éducatif – constituent les deux priorités du gouvernement. Quelles actions concrètes vont être menées sur ces deux fronts ?

Philippe Pelletier – Avant toute chose, il faut bien comprendre que le projet de feuille de route sur la rénovation énergétique des bâtiments, présenté par les pouvoirs publics fin novembre 2017, concerne l’ensemble des bâtiments, des parcs privé et public, résidentiel et tertiaire. Ce projet a fait l’objet d’une consultation de la filière durant plusieurs semaines de manière à enrichir le projet et à rechercher son appropriation par les acteurs. Dans ce cadre, le Plan Bâtiment Durable a été particulièrement actif et a suscité de nombreuses occasions, à Paris et sur les territoires, pour que la filière puisse s’exprimer.
Le projet met en lumière deux champs particuliers de l’action :

  • la lutte contre la précarité énergétique : il s’agit d’éradiquer, d’ici dix ans, 1,5 millions de passoires thermiques détenues par les ménages modestes, ce qui conduit à viser un rythme de 150 000 rénovations de ces passoires par an. Pour ce faire, deux leviers principaux : le renforcement du programme « Habiter Mieux » porté par l’Anah, de manière à rénover 75 000 logements par an, et l’émergence d’offres complémentaires publiques et privées de manière à rénover également 75 000 autres logements par an. Ceci conduit, en lien avec l’Anah, à mettre en lumière les nombreuses actions déjà entreprises et à créer les conditions d’émergence d’un marché porté par la sphère privée ;
  • la rénovation des bâtiments publics : il s’agit de rénover en priorité les bâtiments publics « du quotidien », et les bâtiments éducatifs sont spécialement visés. Depuis quelques mois, le Plan Bâtiment Durable et la Caisse des Dépôts ont pris l’initiative d’un groupe de travail sur cette question. Les conclusions de ce groupe, attendues au printemps 2018, viendront nourrir le plan d’action gouvernemental. Il apparait déjà un grand besoin de sensibilisation des élus, de mise en réseau des acteurs et d’émergences de nouveaux outils d’accompagnement. Le contrat de performance énergétique est appelé à se développer particulièrement dans ce cadre.
    Les prochaines semaines vont permettre d’analyser les centaines de contributions reçues et de présenter, d’ici la fin du 1er trimestre, une feuille de route et un plan d’action pour le quinquennat. Plus que jamais, le Plan Bâtiment Durable appelle à la mobilisation collective pour réussir cette transformation du secteur immobilier.

En savoir plus : Rapport d’activité 2017 du Plan Bâtiment Durable

Les territoires jouent un rôle clé en matière de transition énergétique. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste la mise en place de Plans Bâtiment Durable régionaux ? Quels sont leurs contours ? Comment s’articulent-ils avec les engagements nationaux et le cap ambitieux de neutralité carbone fixé par le gouvernement à l’horizon 2050 ?

Philippe Pelletier – La régionalisation du Plan Bâtiment renforce l’animation et la concertation avec les acteurs, publics et privés, du secteur du bâtiment et de l’immobilier, en appui des initiatives régionales et locales pré-existantes. L’objectif est de transposer à l’échelle régionale, de manière adaptée, la concertation permanente, la détermination locale d’objectifs et de priorités, et la mise en réseau des acteurs suscitées par le Plan Bâtiment Durable au plan national.
Les Plans Bâtiment Durable régionaux permettent alors de renforcer la dynamique, d’harmoniser les programmes, d’encourager les acteurs et d’assurer une communication globale.
L’approche est souple et informelle : ces déclinaisons régionales fixent objectifs et modalités d’action, en accord avec le contexte local et les initiatives déjà en place, et dans un esprit partenarial avec l’ensemble des acteurs du territoire, sous l’impulsion décisive du Conseil régional, du Préfet de Région et de la direction régionale de l’ADEME.
Chaque Plan régional est différent, tous se fixent des objectifs adaptés à la réalité du tissu économique local, des caractéristiques du climat ou du patrimoine bâti, mais les objectifs sont cohérents avec les exigences nationales et l’objectif final de neutralité carbone à l’horizon 2050. Nous sommes pleinement ici dans l’illustration d’une stratégie que j’appelais de mes vœux : un cap fixé au plan national par l’Etat, et une prise en main de l’action par les territoires.
Dans sa lettre de mission, Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, souhaite que nous déployions des Plans Bâtiment Durable régionaux sur l’ensemble du territoire dans les deux ans qui viennent : c’est donc l’un des chantiers des mois à venir. Nous sommes déjà à l’œuvre et des contacts sont noués sur l’ensemble du territoire.

En savoir plus : Lettre de mission du Ministre de la Transition écologique et solidaire

Pouvez-vous nous donner les grands axes des travaux prospectifs sur les bâtiments de demain menés au sein du Plan Bâtiment Durable par le groupe de travail « Réflexion Bâtiment Responsable – RBR 2020-2050 » ? Quelles pistes ont déjà émergé et comment allez-vous poursuivre ces travaux ?

Philippe Pelletier – Depuis l’annonce de la préparation de la future réglementation, les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs de la filière partagent l’idée que la prochaine réglementation ne sera plus thermique mais environnementale. Cette position consacre les travaux menés depuis fin 2011 par notre groupe de travail prospectif « RBR 2020 » qui, très tôt, avait anticipé cet élargissement de la focale. En effet, le groupe a pour rôle, non pas d’élaborer la future réglementation, mais d’en identifier les principaux enjeux et de livrer une vision prospective des bâtiments responsables de demain.
Le groupe a ainsi proposé sa vision de la généralisation des bâtiments bas carbone, et à énergie positive, du photovoltaïque et des réseaux électriques et de la valeur des bâtiments responsables.
Notre groupe travaille actuellement sur différentes thématiques : la santé dans les bâtiments responsables, l’intelligence artificielle au service des bâtiments responsables et l’évolution des usages dans les bâtiments de demain.
Sa méthode demeure toujours participative : tout premier projet est soumis à une large consultation de la filière, avant d’être enrichi et de nouveau publié.
La lettre de mission que m’a donnée le ministre d’Etat invite à poursuivre ces travaux et souhaite également que nous portions notre regard sur la ville : voilà de quoi ouvrir de belles perspectives pour RBR 2020-2050 !

Lire aussi : Interview d’Emilien Maudet, Directeur solutions Smart Cities – EMBIX

 

Pelletier Philippe
Philippe Pelletier
Président du Plan Bâtiment Durable.
Avocat au barreau de Paris depuis 1983, associé cofondateur du cabinet LPA-CGR, Philippe Pelletier est désormais président de Domaxis, bailleur social en Île-de-France du groupe Action Logement. Ancien président de l’UNPI, puis de l’ANAH, il préside depuis 2009 le Plan Bâtiment Durable (PBD) et a été confirmée dans cette fonction fin 2017 par Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire. Auteur de nombreux rapports publics relatifs à la question du logement et de l’urbanisme, il a mené diverses missions de proposition de réformes dans le champ immobilier.

Site internet : www.planbatimentdurable.fr

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires