En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Vidéo. Serge Lepeltier affirme que Paris est le bon lieu pour parler du réchauffement climatique

Par le |

Serge Lepeltier a répondu aux questions d’Axel de Tarlé dans l’émission « C à Dire » du lundi 23 novembre dernier.

LA COP21 PEUT-ELLE ÊTRE UN SUCCÈS ? - C À DIRE ?!

Serge Lepeltier dans l’émission « C à Dire » France 5

ENVIRONNEMENT. A une semaine de la COP21, le Ministre et Président de l’Association Equilibre des Energies a réaffirmé le choix opportun de la capitale française pour mener les négociations climatiques internationales : « Paris est le bon lieu, la France mène une négociation positive qui doit être poursuivie car les échanges internationaux sont essentiels ». Dans un contexte particulier, Serge Lepeltier a précisé qu’il ne faut pas abdiquer face à des groupes terroristes qui vont contre ces échanges internationaux.

Sur la COP21

La COP21 va regrouper plus de 130 chefs d’Etat, ce qui est une première, cela montrant l’intérêt des Etats pour les négociations climatiques. L’Union Européenne se veut notamment le fer de lance dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elle a déjà adopté des engagements de réduction d’émission de CO2, d’augmentation de la part des énergies renouvelables et d’amélioration de l’efficacité énergétique pour 2030.

Mais face à des « urgences nationales » qui monopolisent les décisions politiques, est-ce que l’impératif de la réduction du CO2 est une priorité ?

« La réduction du CO2 est essentielle, la politique climatique doit être menée, et de façon forte. La COP21 ne sera que le début d’une nouvelle ère de négociations » a affirmé le Ministre.

Toutefois, Serge Lepeltier modère ces propos en mettant en avant le fait que cet accord ne sera pas suffisant s’il n’y a pas d’engagement juridiquement contraignant ce qu’il regretterait : « Mais nous allons dans le bon sens, l’accord ne sera pas suffisant mais comme Kyoto qui fut à l’époque le début d’une nouvelle ère de négociations, Paris sera également un début ».

« Sur le niveau d’engagement, il faut avoir des négociations qui continuent »

Présent lors du déplacement de François Hollande en Chine, Serge Lepeltier a ainsi salué l’échange sincère que François Hollande a eu avec le Président chinois Xi Jinping, notamment sur le niveau d’engagement qui, tous les 5 ans, sera réévalué pour être renforcé.

« Les échanges internationaux sont aujourd’hui essentiels à la lutte contre le terrorisme et à celle contre le changement climatique » a poursuivi l’ancien Ministre de l’Ecologie.

Le rôle des pays en développement

« Les pays en développement qui subissent doivent participer à la négociation ». Promis lors de la conférence de Copenhague par les pays industrialisés, le Fonds vert est censé aider les pays en voie de développement à s’adapter pour la lutte contre le réchauffement climatique. Ce fonds doit être de 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 : « La lutte contre le changement climatique peut être un atout économique, si nous contribuons à l’accès à une énergie propre de ces pays en développement, nous contribuons à un meilleur équilibre. Il faut leur permettre de se développer, ces aides ne sont finalement pas astronomiques au niveau mondial » a observé Serge Lepeltier.

Engagé depuis des années dans la lutte contre le réchauffement climatique et contre les émissions de gaz à effet de serre, Serge Lepeltier a conclu par une vision optimiste de ce que sera cette prochaine conférence sur le climat qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre prochain : « On avance dans la négociation, Paris sera un grand début ».

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires