En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Le confort dans le logement serait-il éphémère?

confort logement
Par le |

La deuxième édition de l’observatoire du logement, réalisée par l’IFOP et publiée par le site seloger.com révèle que les Français constatent une augmentation des charges de logement qui réduisent leur pouvoir d’achat.

Les Français consacrent en moyenne 37,3% de leurs revenus aux dépenses liées à leur logement (loyer / remboursement de l’emprunt, charges, taxes, entretien, chauffage, etc.), contre 34,6% en 2010, et plus de la moitié déclarent lui consacrer au moins 33% de leurs revenus mensuels (contre 47% lors de la précédente mesure).

Mais une petite majorité des personne sondées (52%) estiment aujourd’hui être mieux logés que leurs parents. Cependant, les Français se montrent assez pessimistes pour l’avenir dans le sens où seuls 15% s’attendent à ce que leurs enfants soient mieux logés qu’eux et 33% s’attendent à une dégradation des conditions de logement! La majorité n’envisage pas d’évolution de confort.

Ces chiffres témoignent du décalage entre l’esprit des lois du Grenelle de l’Environnement et les réglementations en cours d’application dans la construction neuve et bientôt dans la rénovation. Les Bâtiments Basse Consommation devraient faire rêver ; une grande isolation, voire des maisons étanches, réduisent les dépenses d’énergies et les matériels innovants produisent de la chaleur à partir d’énergie renouvelable provenant de l’air extérieur (pompe à chaleur), la terre (géothermie), l’eau (hydraulique), le soleil (photovoltaïque) , le vent (éolien). Trente trois pour cent ne pensent pas pouvoir effectuer les travaux imposés par de nouvelles règles qui assureraient la pérennité de leur qualité de vie mais le même pourcentage est disposé à réaliser des efforts pour y parvenir.

C’est certainement sur ce tiers de Français que l’information sur les innovations disponibles à moindre coût est urgente. Les professionnels sont au contact de ces consommateurs et leur maitrise de ces sujets est incontournable. En attendant, les sondés attendent plus d’interventions des pouvoirs publics pour réguler les prix en faveur des mal-logés…

 

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires