En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Pointe de consommation et idées reçues sur le chauffage électrique

radiateur electrique
Par le |

Malgré certaines idées reçues sur le chauffage électrique, le phénomène de pointe reste une réalité commune à toutes les énergies de réseau liée à un besoin accru de chauffage les jours de grand froid. Les réalités sur le chauffage électrique, c’est jeudi prochain.

Le chauffage électrique est l’un des moyens les plus efficaces pour se chauffer en hiver. Si sa mauvaise réputation était légitime après les années 70 avec des radiateurs trop énergivores, il a su évoluer vers des solutions performantes électriques faisant concurrence aux solutions de chauffages les plus économiques.

Aujourd’hui, environ 35% des logements sont équipés d’installations électriques pour se chauffer. Ces derniers ne représentent pourtant que 13% de la consommation totale de chauffage des résidences principales en France avec 45 tWh d’électricité pour un total de chauffage résidentiel de 340 TWh toutes énergies comprises. En effet, si une isolation insuffisante, de mauvaises habitudes pour économiser, avec l’usage en hausse des produits électroniques sont responsables des dépenses énergétiques excessives de notre pays, le chauffage électrique est devenu une source d’économie d’énergie!

Mis en place dans des logements neufs, il n’est responsable que d’un tiers de l’augmentation de la pointe depuis 10 ans. Une hausse de plus de 20 GW qui s’explique par différents facteurs :

  • Environ 50% de cette augmentation est dû à l’utilisation croissante des autres appareils électriques tels que les équipements ménagers, la téléphonie, internet, etc. En effet, avec les années, notre usage de l’électricité évolue.
  • 30% est directement liée à la construction de 2 millions de logements modernes équipés de chauffage électrique depuis 2000.
  • L’utilisation de chauffages d’appoint mobiles dans d’autres logements ou dans les bureaux les jours de grand froid est responsable de 20% de la hausse constatée. D’après le groupe Atlantic, il existerait en France un parc de 15 millions d’émetteurs mobiles d’une puissance d’environ 750W.  Pour diminuer cet écart de 20%, il serait pertinent que les installations fixes de chauffages électriques soient favorisées au détriment des chauffages d’appoint plus énergivores.

La pointe se retrouve également dans le réseau gaz où elle est d’ailleurs beaucoup plus importante. Pour chaque degré en moins à l’extérieur, la demande de gaz augmente ainsi de 130 GWh par jour, soit l’équivalent de 5,4 GW par degré. En comparaison à ce dernier, l’augmentation de l’électricité ne représente que 2,3 GW par degré, soit moitié moins. Des idées reçues qui n’ont donc aujourd’hui plus lieu d’être si l’on compare l’impact des consommations liées au chauffage électrique sur la pointe par rapport à celui des autres énergies…

Vous souhaitez en débattre, venez écouter nos experts ce 21 mars à 8h30 au restaurant Waknine, Paris 16e, métro Iéna.

PARTAGER CET ARTICLE

2 commentaires

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

 

  1. Bertrand dit :

    Merci Thierry pour votre correction très justifiée…

  2. Thierry Carsenti dit :

    Un émetteur mobile d’une puissance d’environ 750 KW soit 750 000 W ? Vous êtes sûr de maitriser les unités ?