En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Serge Lepeltier dans Ça Vous Regarde sur LCP Le débat – « COP21 : dérèglement diplomatique »

Par le |

Serge Lepeltier était invité à la table du journaliste Arnaud Ardoin pour débattre du bilan de la COP21 à la veille de l’adoption de l’accord de Paris sur le climat. Il était entouré de Bettina Laville, Présidente-fondatrice du Comité 21, de Charlotte Izard, Responsable des Politiques Climat et Territoires au Réseau Action Climat et de Michèle Rivasi, Vice-présidente du groupe Écologiste au Parlement Européen.

« La France gère les négociations d’une manière remarquable »

Plusieurs points de divergence ont freiné les négociations de cette COP21. L’Arabie Saoudite, deuxième producteur mondial de pétrole, s’est dite opposée à la tarification du carbone. Autre pierre d’achoppement, la question de la répartition du financement de la lutte contre le réchauffement climatique entre pays du Nord et du Sud. Les pays en développement ont ainsi réclamé 100 milliards de dollars. Selon le Président d’Equilibre des Energies, l’accord va dans le bon sens mais sera insuffisant, toutefois il juge la façon de gérer les négociations « remarquable » par rapport à ce qu’il a connu à Durban où les négociations se sont faites dans la hâte sans organisation réelle. Le monde entre dans une nouvelle période avec de nouvelles négociations pour aller plus loin en terme d’engagements notamment politiques.

Le prix du carbone « avance »

Il a également mis en avant les travaux d’Equilibre des Energies sur le mix énergétique « Nous devons travailler sur un prix du carbone avec EDF et ENGIE » a affirmé Serge Lepeltier quand on été évoquées les mines de charbon et l’activité dite polluante de ces deux entreprises :

« Aujourd’hui les règles dans la construction prennent en compte la consommation d’énergie et non la réduction des émissions de gaz à effet de serre, il faut travailler de concert avec les entreprises qui avancent même s’il faut aller plus loin. »

Après deux semaines de négociations, les 195 pays participants ont enfin adopté par consensus ce samedi 12 décembre au soir « Un accord différencié, juste, durable, dynamique, équilibré et juridiquement contraignant. » C’est en ces termes que le Président de la COP21 Laurent Fabius l’a présenté. Pour entrer en vigueur en 2020, l’accord devra être ratifié, accepté ou approuvé par au moins 55 pays représentant au moins 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Voir l’intégralité de l’émission :


Ça Vous Regarde – Le débat : COP21… par LCP

PARTAGER CET ARTICLE

1 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

 

  1. Scherrer Jean Claude dit :

    Bonjour,
    J’ai suivi attentivement cette émission sur LCP, et relève une fois de plus une erreur concernant la RT 2012. Si d’apparence elle semble favoriser les énergies fossiles, elle est en fait un formidable levier d’amélioration des constructions neuves, d’effondrement des dépenses de chauffage sans surcoût d’investissement initial et d’effondrement des émissions de CO2.Le logiciel PHPP allemand est un logiciel de conception thermique, alors que le logiciel RT 2012 n’est vu que comme un logiciel de validation de conformité réglementaire d’une construction. Si ce logiciel est également utilisé pour la conception thermique (c’est moins direct que pour le PHPP), un travail de thermicien va permettre d’effondrer l’indicateur bbio, avec impact important sur la Cepmax et en particulier sur la part affectée au chauffage. Dès lors que la part affectée au chauffage est divisée par 2,58 par rapport au minimum réglementaire, le chauffage effet Joule s’impose par le faible besoin, le faible investissement, la très faible émission de CO2, la fiabilité du matériel, l’absence de risque d’exposition au CO, de risque d’explosion au gaz. Et le surcoût enveloppe est inférieur à l’économie d’investissement sur le système de chauffage.
    Et pourtant aucun journaliste, aucun homme ou femme politique n’en parle. Combien de temps faudra-t-il encore prêcher dans le désert alors que cette option purement immatérielle est d’une totale évidence et d’une efficacité économique et écologique à nulle autre pareille ?
    Regardez sur le site http://www.bbio.pro, l’étude multi-zones de la RT, elle est édifiante.
    Ne me résignant pas à la désespérance malgré mon âge, je reviendrai encore à la charge tant que cette évidence ne sera pas comprise comme réalité.
    Jean Claude Scherrer
    Auteur du « Guide de l’Etanchéité à l’Air » Ed. Eyrolles