En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Bruno Léchevin partage son point de vue sur la transition énergétique

Par le |

Bruno Léchevin, Président du Conseil d’administration de l’ADEME depuis le 13 mars dernier voit dans la transition énergétique un facteur de croissance et d’emploi. M. Lechevin est l’invité de Jean Bergougnoux à l’atelier-débat de mardi prochain à Paris.

À sa nomination, cet homme d’engagement annonçait ainsi : « Le gouvernement affiche des ambitions fortes en matière de transition écologique et énergétique. L’ADEME en sera le moteur, en portant l’idée que ceci constitue un moyen de sortir de la crise économique. Promouvoir une société économe en ressources, c’est encourager la créativité, la compétitivité, l’activité et l’emploi ».

Dans une tribune publiée fin juin, Monsieur Léchevin partageait son enthousiasme face au scénario proposé par l’Ademe annonçant une division par quatre de nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Selon le président, une diminution de notre empreinte environnementale et de notre consommation d’énergie est parfaitement envisageable « sans qu’il s’agisse d’un scénario de décroissance économique ou de désindustrialisation, ni d’un renoncement à la qualité de vie souhaitée par les Français ».

Si nos habitudes et modes de transport doivent évoluer, le bâtiment reste au cœur du scénario proposé par l’ADEME s’appuyant sur un programme de rénovation de grande ampleur. « Les marchés induits vont créer de nombreux emplois non délocalisables tout en réduisant la facture de nos importations en énergie fossiles. De 2006 à 2011, le marché de l’isolation est ainsi passé de 7,5 à 10,2 milliards d’euros, une augmentation d’activité qui représente un besoin en main-d’oeuvre supplémentaire de 22.000 équivalents temps plein.»

Selon M. Lechevin, l’industrie française voit sa production augmenter et ne cesse de se développer en terme d’efficacité énergétique. Grâce à la baisse de sa consommation d’énergie elle renforce ainsi sa compétitivité. Pour l’ADEME, les gains en efficacité d’ici 2030 pourraient représenter jusqu’à 20% avec l’intégration de technologies performantes.

« Les termes du débat ne sont pas ceux d’une transition énergétique qui se ferait au détriment de l’activité industrielle et de l’emploi, mais bien ceux du choix d’une opportunité de croissance. La France est prête. »

Une vision encourageante en attendant la future loi de programmation pour la transition énergétique attendue maintenant en 2014 selon les derniers propos de M. Philippe Martin hier.

Notre président échangera ses points de vue avec Bruno Léchevin lors du débat mardi matin sur : « Le bâtiment au coeur de la transition énergétique ». Inscrivez-vous en cliquant ici!

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires