En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

La Bretagne : une région « énergique » !

bretagne région énergie
Par le |

Pas besoin de s’appeler Negawatt pour savoir que l’un des axes des lois Grenelle repose sur la réduction de la consommation d’énergie. Afin de mieux dépister les habitudes des utilisateurs pour proposer des solutions adaptées, «l’opération Trak O’Watts » va débuter le 15 octobre.  Cette étude porte sur l’ensemble des consommations électriques d’un foyer, qui n’a cessé de croître ces dix dernières  année, comme vous pouvez le voir dans ce reportage diffusé sur France 3… Les premiers postes sont le froid et le multimédia…

En dehors du pilotage de cette opération Trak O’Watts, la Bretagne est très investie notamment au travers de son  « plan éco-énergies Bretagne » avec l’Etat et l’Ademe (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Au delà de son Observatoire de l’énergie et des gaz à effet de serre, la région a notamment lancé deux appels : l’un concernant le recensement des acteurs du territoire dans le domaine des « smart grids », les réseaux électriques intelligents; l’autre étant un appel à projets Bâtiments Basse Consommation (BBC).

Le projet BBC est totalement axé sur la rénovation du patrimoine bâti afin de soutenir l’innovation en matière de réhabilitation de la performance énergétique de logements et locaux tertiaires. Les dossiers soumis par les bailleurs sociaux et les collectivités locales seront favorisés et, pour la première fois, les maisons individuelles du parc locatif social seront inclues, pour des subventions pouvant aller jusqu’à 12000 € par logement.

La référence choisie pour cet appel est le label BBC-Effinergie Rénovation, qui cible spécifiquement les 31 millions de logements (ainsi que le parc de bâtiments tertiaires) datant pour la plupart d’avant 1975.  Concernant les logements, l’objectif de consommation maximale en énergie primaire est fixé à 80 kWhep/m²/an, modulé selon la zone climatique et l’altitude ; pour les locaux tertiaires, l’objectif est fixé à 40% de la consommation de référence.

Le maillage particulier de cette région avec l’Etat et l’Ademe  a permis de regrouper les actions des différents acteurs et d’être plus réactifs.

Mais, il ne faut pas oublier que le plus gros poste de consommation domestique demeure le chauffage. C’est pourquoi deux membres de notre association: Daniel Aubert, Directeur Général de l’Union Sociale pour l’Habitat (USH) pour le logement social et Christian Louis-Victor, Président de l’Union des Maisons Françaises (UMF) pour les maisons individuelles, ont déjà déclaré que leurs organisations relevaient les pratiques usuelles des consommateurs. Ces observations sur le terrain permettent de mieux adapter les solutions de chauffage, autant du point de vue technique que sur les « mauvaises habitudes » que l’on pourrait corriger.

Connaissez-vous les actions de votre Région en matière de rénovation énergétique ?

PARTAGER CET ARTICLE

1 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

 

  1. PH dit :

    La Btretagne n’est pas un exemple, elle a refusé la construction de Plogoff en 1980 donc elle utilise intensément la centrale à charbon de Cordemais et on en plus est obligé de tirer des lignes HT pour l’alimenter.

    Toute cette agitation fera peut-être baisser la consommation électrique de quelques % et on verra la limite des petits gestes. Pour baisser la consommation, il faut changer les structures : normes et prix. Mais c’est la consommation fossile qu’il faut baisser en priorité.

    Au lieu de faire track O Watt, la région ferait mieux de faire track au CO2.

    Je m’étonne aussi que vous fassiez référence au scénario négawatt dont l’irréalisme à été démontré.