En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Une étude démontre le surcout de la RT 2012

Par le |

Réalisée par le Commissariat général au développement durable, une étude intitulée « Un habitat plus compact et moins énergivore : pour quels coûts de construction ? » semble confirmer que les surcoûts engendrés par les obligations de la réglementation thermique RT 2012 sont bien compensés (à terme) par les économies d’énergie, mais pas forcément par des baisses d’émissions de Gaz à Effet de Serre.

Le secteur de l’habitation résidentielle est incontournable pour atteindre les objectifs fixés par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) : des GES divisés par 4 (par rapport à 1990) et une consommation d’énergie finale divisée par deux à l’échéance de 2050. Rappelons que la RT 2012 correspond à un véritable changement quantitatif et qualitatif dans ses exigences.
En particulier, avec l’obligation du niveau BBC (bâtiment basse consommation), la consommation d’énergie primaire doit être divisée par 3 ou 4 par rapport à l’ancienne RT 2005. Mais la RT 2012 n’est qu’une étape puisqu’en 2020, les nouvelles normes imposeront des bâtiments à énergie positive (BEPOS).

L’étude du CGDD repose tout d’abord sur « l’enquête sur l’indice du coût de la construction-prix de revient des logements neufs (ICC-PRLN) » réalisée entre le premier trimestre 2010 et le premier trimestre 2014 sur un échantillon de 4 518 observations pour les constructions dans l’individuel et l’individuel groupé, et de 2 194 observations pour les constructions dans le collectif.

Premier constat : les coûts de construction moyens (RT 2005) sont en relation avec le type d’énergie choisie. Ainsi, l’électricité reste toujours la moins chère en comparaison du gaz : 810 € par m² pour un logement individuel contre 870 € pour le gaz (+ 7,4 %) ; et respectivement 990 € par m² pour le collectif contre 970 € (+ 2,1%).

Deuxième constat : il est confirmé que les exigences de nouvelles performances BBC entrainent des surcoûts par rapport à la RT 2005. Pour un coût de construction de 97 000 € (logement individuel de 120 m² à l’électricité), il est de 13 600 € (soit + 14%). Pour celui au gaz, le coût RT 2005 est de 104 000€ et le surcoût de 14 500€ (soit +13,9%). Quant au logement collectif, les coûts (peu différents suivant l’énergie) sont respectivement de 78 000€ (électricité) et 79 000 € (gaz) et les surcoûts de 7 000 et 7 100 € (soit 9 % dans les 2 cas)

Au regard de ce surcoût, l’étude a estimée pour ces quatre « types » de logement le montant des économies potentielles dans la durée. Il est constaté que plus le logement est grand, plus l’énergie est chère et plus le potentiel d’économie est élevé. Les rédacteurs de l’étude semblent conclure uniquement sur les coûts -avec des tarifs du pétrole et du gaz au plus bas- que le gain relatif le plus intéressant serait celui du collectif au gaz. A l’inverse, le résultat le « moins positif » serait pour l’individuel à l’électricité. Mais il n’est plus fait de comparaison entre les émissions de GES des logements chauffés au gaz et ceux à l’électricité. Car, la réponse est connue en France. Alors que les technologies qui permettent de stocker l’énergie électrique produite par les panneaux photovoltaïques ou les éoliennes ne cessent de voir les prix baisser et la capacité augmenter, il serait temps de permettre de construire des maisons positives avec un appoint en électricité verte produite sur le territoire…

En conclusion, l’atteinte des niveaux de performances BBC apparaît, d’après cette étude «s’être réalisée à coûts maîtrisés » … même si, en pratique, les gains peuvent être plus faibles à cause des coûts de fonctionnement ou du comportement des ménages.

Plus d’infos ici

 

PARTAGER CET ARTICLE

2 commentaires

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires

 

  1. J. ALLIER dit :

    Quelle découverte !
    La réglementation de 74 a été à l’origine de surcoût: il fallait isoler alors qu’avant on n’isolait pas !
    Après il a fallu passer des simples aux doubles vitrages, mettre une ventilation mécanique…
    Chaque réglementation a apporté son lot d’ouvrages supplémentaires.

  2. Patrick LELEU dit :

    A la base, cette étude se veut scientifique et documentée ( régressions hédoniques, etc… )

    Néanmoins, les rédacteurs se laissent aller dans leur conclusion,à une appréciation pour le moins contestable: un surcout de 14% est « modéré ».

    « Le passage de logements construits selon la réglementation thermique 2005 à des logements respectant le label bâtiments basse consommation (BBC), a entraîné, pour des projets de construction comparables, des augmentations de coûts de construction estimées ici à environ 14 % dans l’individuel et 9 % dans le collectif. Ces surcoûts apparaissent cependant modérés dans la mesure où ils seront compensés par la diminution de la facture énergétique des ménages occupants. »

    Ils précisent:

    « Le passage de la RT 2005 au label BBC permet de gagner entre 390 et 650 euros par an selon le
    type de logement et le type d’énergie. Actualisées sur 25 ans, ces économies compensent partiellement le surcoût de construction pour l’individuel et le collectif. La compensation serait complète à partir d’un taux de croissance annuel du prix de l’énergie minimal. Par exemple, un taux de croissance de 3.5 % suffirait à compenser le surcoût de construction d’un logement individuel de 120 m² chauffé à l’électricité et respectant les normes BBC. »

    Commentaire:

    Dire qu’un surcout de 14% est « modéré » parce que des économies le compensent partiellement sur 25 ans sous certaines hypothèses , montre que les rédacteurs ne vivent pas dans le monde réel des Français. Pourtant, c’est ce message d’auto satisfaction que l’ensemble de la presse reprend de façon moutonnière.

    Il faut arrêter de faire croire que cela ne coute rien: cela coute, et c’est le prix à payer par les citoyens pour sauver la planète!