En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Jean-Louis Bal croit au « STEP » pour stocker l’énergie

Par le |

Notre atelier sur le développement des EnR en France, le 16 avril a connu un bon débat entre nos invités et Monsieur Jean-Louis BAL, Président du Syndicat des Énergies Renouvelables.
Les échanges entre les Présidents, Jean-Louis Bal, Serge Lepeltier et Jean Bergougnoux ont permis de faire émerger un grand nombre de points d’accord entre les deux associations, notamment sur le stockage de l’énergie.

La France ne devrait produire que 17% d’Energie Renouvelable dans son mix énergétique en 2020. C’est le président du Syndicat des Energies Renouvelable qui le confirmait ce jour là. Ses membres participent pour la production des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, et du stockage hydraulique. Monsieur Bal soulignait le retard de la production de chaleur et des transports pour consommer des EnR!

Pour ce faire, l’Insertion de la Production Eolienne et photovoltaïque dans le Système (IPES) permet de prévoir les besoins en énergie. Ceci est complémentaire de la Station de Transfert d’Energie par Pompage (STEP) qui autorise le stockage de l’énergie. Le SER a calculé que lorsque la France utilisera moins de 50% d’énergie nucléaire, nous devrons passer de  4,3 GW à 6,3 GW de capacité de stockage. C’est ainsi que la production éolienne terrestre et photovoltaïque répondra à 75% des besoins en énergie à l’horizon 2050, avec un prix situé entre 50 et €80 MWh. Le plus urgent est de trouver des solutions de stockage d’électricité entre la journée et la soirée.

Comme le prix du charbon est compétitif, il est nécessaire de faire passer le prix du carbone de €5 la tonne à plus de 30€ afin de privilégier le cycle combiné à gaz, car cette énergie émet deux fois moins de co2 que le charbon. La réduction de notre dépendance énergétique redevient une priorité. Il faut baisser les importations d’énergies fossiles de la France qui pèsent €60 à 70Mds dans la balance commerciale.

Enfin la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) est absolument essentielle pour donner de la visibilité aux acteurs du marché qui attendent aussi de la stabilité des politiques publiques.

Afin d’écouter les exemples de Jean-Louis Bal, écoutez ces deux dernières vidéos extraites de l’atelier:

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires