En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

Energies et Bâtiments Lyon #6 : Conclusion de Jean Bergougnoux

Par le |

Le président d’Équilibre des Énergies a conclu les rencontres Énergies et Bâtiments à Lyon le 1er juin dernier, en nous présentant une vue globale sur les débats. Durant cette synthèse, Jean Bergougnoux a développé son point de vue sur les idées abordées par les différents intervenants.

Pour commencer Monsieur Bergougnoux est revenu sur l’exposé d’Emmanuel Blanchet (Carbone 4). Il fait ainsi état d’une stabilisation des dépenses énergétiques pour toute la partie thermique en France, et ce malgré une augmentation du nombre de logements et de leur superficie. Les données actuelles nous permettent de constater un certain progrès dû au travail accompli ces dernières années.  Même si cela reste insuffisant, et avec l’augmentation du prix des énergies prévue, il est important de tenir compte des attentes des consommateurs.

Ces derniers sont en effet frileux pour financer les aménagements ou les rénovations nécessaires à la réduction de leurs dépenses énergétiques. Si le retour sur investissement reste certain, il est difficile pour eux de se projeter et d’en tenir compte dans leurs calculs.

Emmanuel Blanchet recommandait donc de pratiquer une politique ciblée, en commençant par le plus urgent avec un temps de retour optimisé. Il serait ainsi pertinent de privilégier les rénovations ponctuelles.

D’après Monsieur Bergougnoux, il serait important d’être cohérent et de garder une perspective sur le long terme afin de ne pas prendre le risque de s’arrêter en chemin.

Le président d’Équilibre des Énergies revient ainsi sur l’intervention de Daniel Aubert (Union sociale pour l’habitat) en précisant l’importance d’utiliser le diagnostic de performance énergétique comme outil principal pour définir l’ordre des priorités, et non uniquement les factures associées aux dépenses des logements ne prenant pas en compte tous les éléments importants.

Il aborde également la proposition de David Bonnet (Association Française des Pompes à Chaleur) d’intégrer des pompes à chaleur en relève de chaudières, visant ainsi les 22% de consommateurs de fioul. Solution complémentaire dans la mesure où un changement d’énergie totale n’est pas concevable. Une solution qui n’a jusqu’ici pas eu le succès escompté mais qui aujourd’hui avec les progrès faits sur les pompes à chaleur est de nouveau d’actualité.

Monsieur Bergougnoux termine sa synthèse en soulevant un problème de tarification. Il regrette l’absence d’affichage en temps réel de la consommation d’électricité dans les logements, et le manque de structuration des solutions temps réel telles que l’EJP (Effacement des Jours de Pointes) et autres mesures fiscales incitatives. Regardez la video ci-dessous pour écouter l’ensemble de cette intervention.

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires