En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience de notre site.
FERMER

« En Marche » veut accompagner les acteurs de la transition énergétique

Par le |

Julien Marchal, ancien conseiller d’Emmanuel Macron, Animateur du groupe d’experts sur l’énergie, était l’invité du Président d’Honneur d’EdEn, Jean Bergougnoux, les 22 & 24 février 2017 lors de l’atelier-débat Équilibre des Énergies. Cette rencontre a permis de développer le  programme Énergie & Environnement du mouvement « En Marche ! ».

De GàD : Julien Marchal (En Marche), Jean Bergougnoux (EdEn), Gilles Rogers Boutbien (EdEn)

Les propositions du candidat Macron sur les thématiques « énergie et environnement »

En préambule de l’atelier-débat d’EdEn, Julien Marchal a expliqué l’intention d’Emmanuel Macron, d’accompagner – pragmatiquement – tous les acteurs de la transition énergétique afin d’atteindre les objectifs de la loi TECV.

Par la suite, il a souhaité évoquer la politique à venir du candidat sur la question des énergies. Il a réaffirmé l’engagement du présidentiable de planifier la sortie progressive des énergies fossiles. Pour remplir cet objectif, le leader d’En Marche projette de fermer l’ensemble des centrales à charbon durant son quinquennat. Parallèlement, l’État cessera de donner des autorisations d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures. De plus, il maintiendra l’actuelle interdiction d’exploitation des gaz de schiste. Pour terminer sur ce sujet, Julien Marchal a rappelé l’engagement d’augmenter du prix de la taxe carbone en France, qui passera de 56€/Tonne en 2020 à 100€/Tonne en 2030.

Par ailleurs, Julien Marchal a relevé l’ambition du candidat, de rééquilibrer le mix-électrique, avec l’abaissement de la part du nucléaire à 50% à l’orée 2025. Néanmoins, le polytechnicien concède que l’objectif est ambitieux et que de nombreuses incertitudes pèsent à ce sujet (coût des EPR, les rapports de l’ASN…). De plus, le candidat espère atteindre 40% d’EnR d’ici 2030. Pour y parvenir, l’Ètat programmera un calendrier récurrent des appels d’offre pour le solaire, l’éolien et le photovoltaïque.

L’Animateur du groupe d’experts sur l’énergie a ensuite voulu traiter de la thématique du bâtiment. Dans ce secteur, le leader du mouvement En Marche ! Espère supprimer les « passoires énergétiques » sous 10 ans. A ces fins, Julien Marchal a détaillé tout un ensemble de mesures visant à soutenir les travaux de rénovation chez les particuliers. En commençant par le financement par l’Etat des audits chez les personnes privées. De plus, les crédits distribués par l’État seront versés immédiatement (alors qu’auparavant, il y avait un délai de un an après les travaux). En outre, les Français en situation de précarité énergétique verront leurs travaux financés par l’Etat. Emmanuel Macron ambitionne aussi de rénover les bâtiments publics, pour cela, il débloquera, une enveloppe de cinq milliards pour des  travaux dans les bâtiments publics.

Julien Marchal a aussi souhaité discuter du chapitre des initiatives concernant les transports. Il a affirmé la volonté d’Emmanuel Macron de décarboner progressivement les transports. Pour se faire, le candidat entend élargir les aides de l’État au remplacement des véhicules polluants. En effet, l’État offrira une prime à la casse de 1000€ pour l’achat d’un véhicule d’occasion récent. De plus, il entend maintenir les bonus à l’achat pour les solutions électriques. A plus long terme, le candidat s’est fixé l’objectif de ne plus avoir de véhicules émettant du co2 à l’horizon 2040.

Un discours général qui n’évoque pas les réglementations techniques

De nombreux participants à l’atelier-débat ont questionné Julien Marchal sur les positions du candidat sur des détails techniques. Le conseiller a répondu qu’il ne pouvait pas s’exprimer sur de tels éléments aussi précis car Emmanuel Macron n’a pas pris de position officielle sur ces sujets.

Julien Marchal & Jean Bergougnoux

De plus, les réglementations comme la RT 2012 sont bien trop méconnues du grand public et elles ne seront pas abordées durant la campagne présidentielle. Néanmoins, il a tenu à faire partager ses avis personnels sur certaines questions, qui n’engagent en aucun cas le candidat Macron comme il a pris soin de le préciser.

A noter que Julien Marchal a bien pris note des remarques de son auditoire sur plusieurs sujets, en particulier sur la question du financement des travaux par l’Etat, le président Bergougnoux a émis l’idée que l’Etat devrait subventionner uniquement des travaux diminuant les émissions de co2. Ainsi que sur l’importance de la cohérence entre les décisions politiques et les actions de l’administration.

PARTAGER CET ARTICLE

0 commentaire

Avant d'écrire un commentaire, merci de lire notre charte de modération. Votre commentaire sera publié après validation par notre équipe de modération.

Ajouter un commentaire

* Champs obligatoires